Le GR20 – J6 – De la brèche de Capitello à L’Onda

Dimanche 30 juillet
Ce deuxième bivouac sauvage s’est très bien passé ; nous nous sommes couchés tôt (autour de 21h) et nous pouvons donc repartir vers 6h30 ce matin, non sans profiter du joli spectacle offert par les deux lacs que nous surplombons.
Après l’épuisante escalade d’hier soir, nous pensons que la suite va être plus calme… Que nenni ! La reprise est encore très escarpée avec des passages plus techniques que jamais : des chaînes, des parois verticales plus hautes que nous, nécessitant de ranger et reprendre nos bâtons en alternance… Il y a plus loin un passage où il faut passer sous un rocher posé contre la paroi montagneuse (Mathilde est passée dessous, après que Michaël l’a contourné avec difficulté – pas de photo, désolé, on s’échinait à survivre).
Nous arrivons finalement à Petra Piana pile à 12h (une chance, car une demi-heure plus tard, l’épicerie ferme pour que les gardiens déjeunent !). Nous y recroisons les randonneurs qui avaient fait le GR5 ainsi que le randonneur britannique brûleur de cordes… Les premiers resteront là pour aujourd’hui, et le deuxième poursuivra la route.

Après une courte pause, nous repartons également en direction de L’Onda par le chemin classique dans la vallée (il existe une variante alpine, plus courte mais plus escarpée, qu’emprunteront la plupart des randonneurs le lendemain pour gagner du temps et doubler l’étape). Cette fois, c’est Mathilde qui attend Michaël qui boitille dans la longue descente initiale (1840 à 1000m environ en 7 km), et réclame des pauses de plus en plus rapprochées… Nous prenons beaucoup de retard avant d’arriver à une maison en pierre, où nous croisons 3 randonneurs (dont un couple qui s’arrête à Vizzavonna et ne se voyait pas poursuivre). Nous les recroiserons un peu plus loin en train de se baigner et de laver leur linge dans un cours d’eau !

Pour une fois, ça n’est pas tant la difficulté du terrain que la blessure due aux jours précédents qui nous ralentit. Allons-nous subir la « malédiction du genou », qui a poussé le randonneur croisé au Monte Cintu à s’arrêter à Vizzavonna lors de sa première tentative ? Allons-nous devoir refaire tout ça dans 5 ans ?! NoOoOOoooOOOooooN ! Argh non ! Pas le granit rose ! PAS LE GRANIT ROSE !
Pendant que Michaël boitille, Mathilde se demande à nouveau s’il ne faudrait pas arrêter à Vizzavona et prendre un transport jusqu’à Conca… Mais nos plans de table n’auraient plus de sens, nous ne pouvons donc pas faire ça. Tant pis pour nos pieds !
Dans le parcours plutôt simple de début d’après-midi (mais douloureux pour les genoux car tout en descente), Michaël arrache sur des petits sapins le sac contenant la tente, en s’asseyant pour descendre un petit rocher… il n’y a heureusement qu’un petit trou sur le sac et sur le côté de la toile recouvrant la tente (pas de risque de pluie à l’intérieur donc !) Le sac sera d’ailleurs arraché à plusieurs reprises, également une fois en « tassant » un peu trop énergiquement… Mais il a tenu jusqu’au bout et a été « suturé » après la fin de randonnée, avec le fil de secours pris « au cas où », lors des derniers jours de repos en Corse…
L’étape se termine par une lente montée en forêt (on remonte de 1000m à 1435m sur 4 km environ)… Dans l’ascension, nous croisons le petit-fils du gardien du refuge, un petit garçon de 8 ans environ qui tente d’augmenter le débit d’eau de la source avec une feuille (c’est très sec en ce moment – d’où les incendies au Nord à notre arrivée). Il nous dit que le refuge est à 45 minutes. Quand nous lui indiquons le temps que nous avons mis depuis la passerelle précédente, il nous dit que nous n’allons pas très vite…

Nous atteignons finalement le refuge de L’Onda après une heure de montée plus tard (et 500m de dénivelé), vers 19h30 (les baigneurs de l’après-midi arriveront un peu plus tard, ce qui a un côté rassurant). Les gardiens acceptent de nous préparer le repas du soir, après le service normal. C’est quand même notre premier repas chaud du soir préparé par le refuge (si on exclut la merveilleuse boîte de raviolis du 3ème soir).
Pendant la préparation du repas, nous anticipons et allons préparer notre tente alors qu’il fait encore clair ! Ceci étant, c’est très facile ici, car nous sommes dans un grand enclos (et de façon amusante, les chevaux sont à l’extérieur !) Pour la première (et unique) fois du GR20, la tente est vraiment bien montée, avec tous les piquets plantés dans la terre, et tout et tout… C’est pratique quand on dort sur de l’herbe et pas sur des cailloux !

Au refuge, une fille « sudiste » parle du fameux rocher sous lequel il faut passer ; le gardien lui dit qu’il faut passer dessous, et que c’est effectivement un passage vraiment dur de l’étape… C’est assez incroyable la préparation de certains, qui sont au courant d’un passage particulièrement difficile au sein d’une étape ! Nous avons l’air de tellement débarquer tous les deux ; il faut dire que nous avions déjà un petit peu de préparatifs en dehors du GR20 cette année…

Après le repas, nous prenons une douche froide – il y a un système de distribution d’eau chaude à 1€ les 2 minutes, mais Mathilde n’a pas réussi à le faire fonctionner… De façon amusante, dans notre planning, nous avions prévu une seule étape le dimanche, et nous en avons finalement fait une et demie… Nous n’avons aucune cohérence avec notre plan, mais c’est mieux dans ce cens pour une fois !

Demain, le GR20 du Nord s’achèvera ! Deux voies s’ouvriront à nous : celle du taxi et de l’hôtel de Conca, ou celle de nos pieds et des 7 étapes supplémentaires du Sud… Il ne nous reste plus que 24h pour décider !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

D’après les guides qui descendent beaucoup plus vite que nous…
Etape 7 : de Manganu (1600m) à Petra Piana (1840m) : 1000m de dénivelé (760m de descente) sur 9,2 km, prévu en 5h.

Etape 8 de Petra Piana (1840m) à l’Onda (1435m) : 580m de dénivelé (980m de descente) sur 10,7 km, prévu en 4h

(Ouf, le billet de J7 est prêt également ! Je reprends de l’avance temporairement…)

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

5 réflexions sur « Le GR20 – J6 – De la brèche de Capitello à L’Onda »

  1. c ‘est vraiment super de découvrir ce GR 20 avec vous car la rédaction est vraiment sincere et « nature » ;on en aurait mal aux pieds pour vous….;quand les randonneurs disent que c’est dur en fait c’est vrai
    et je sais que je ne le ferai pas …mais ravie de le découvrir et d’imaginer ma coloc qui 15 jours après,avait encore des courbatures………

    1. Merci ! Nous aussi nous retrouvons nos sensations pédestres à l’écriture ! Ça nous permet de le vivre une deuxième fois, mais en un peu moins fort quand même 😉 On profite du paysage au moins cette fois !

  2. Coucou. P’tite insomnie liée à la grossesse et je viens de lire 3 jours d’étape. Ça le fait du bien de découvrir le GR20 à travers vous.

Laisser un commentaire