Le GR30 – J1 – De La Bourboule à Orcival

Ce matin, nous nous sommes levés à 7h45. Il ne pleuvait plus. Nous sommes descendus à 8h pour le petit-déjeuner. Il pleuvait. Les nombreux sites de météo consultés hier auraient donc raison ?

Nous débutons quand même la randonnée à 8h49. À 8h55, après 500 mètres, Michaël retourne à l’hôtel pour rendre la clé gardée dans sa poche (personne n’est à 1 km près, n’est-ce pas !). Nous re-débutons la randonnée en direction du départ du GR30, sous la brume et la pluie.

Pour résumer l’essentiel de la matinée : on a marché, il a plu, on a eu froid, on n’a rien vu. C’est bien d’aller à Orcival mais voir des panoramas sur le trajet, ça serait bien aussi… (parce que bon, on ne connaît personne à Orcival, ça n’est pas un but en soi, vous voyez). Pour la première fois, nous utilisons nos couvertures anti-pluie sur les sacs. Au moins, ici, on ne risque pas d’être suivis par les incendies comme en Corse… (A priori peu de chance de réveil des volcans par ailleurs).

Vers 11h10, nous arrivons au Puy Gros (1485 m), premier sommet de ce GR30, où nous sommes accueillis par un troupeau de vaches Salers (outre un tour des lacs, c’est également un tour des vaches d’Auvergne : aujourd’hui, nous avons vu 3 espèces différentes). Sur ce sommet, nous avons un panorama à 360° : à gauche, la vallée glaciaire de la Dordogne, à droite la chaîne des Puys, classée à l’Unesco depuis quelques jours. Un spectacle sans doute magnifique, légèrement gâché par la visibilité limitée à 15 mètres.

Vingt-cinq minutes plus tard, contre toute attente, le ciel se dégage enfin.

Après 10 km (plus que 190 pour finir le GR30), nous arrivons vers 12h25 au lac de Guéry. C’est complètement dingue, il faut bien s’en rendre compte… L’an dernier, nous avons marché de 6h à 15h pour faire 10 km, nous avons mangé des barres énergétiques assis sur un rocher, parce que nous n’avions rien anticipé, et nous étions déjà désespérés d’être en retard sur notre planning. Cette fois, en 3h30, nous sommes dans les temps, nous étalons nos chips, saladières, compotes, madeleines, fruits secs sur une table en bois ! UNE TABLE EN BOIS ! Et nous jetons les déchets dans une poubelle sans avoir à les trimballer. Et… et en plus nous trouvons un FuzeTea dans le petit cours d’eau qui mène au lac. Le Dieu du GR (alias Tréblansurtrérouj) est décidément avec nous !

Après notre pause d’une heure, nous repartons. Nous rangeons nos protège-sacs ; nous alternons à partir de là « avec / sans K-ways », mais globalement le ciel est assez dégagé et il pleut peu après 15h ; finalement les sites de météo se sont trompés ! Les décors sont jolis, il y a des fleurs partout (et pas de granit rose ou d’éboulis comme sur le GR20).

Nous faisons un petit détour hors GR pour voir à 10 minutes de là la cascade des Mortes.

En direction du prochain lac, nous voyons les roches Tuillère et Sanadoire, avant le lac de Servières où nous faisons notre 2ème pause à 16h.

Nous arrivons enfin à Orcival vers 18h (233 habitants), où nous mangeons du Saint-Nectaire au restaurant Le Cantou, visitons la basilique, achetons notre petit repas de demain midi dans l’épicerie-fromagerie-cadeaux (près du coiffeur-Barbier-cadeaux). Il y a le wifi, du réseau, une télé, une douche. Mais qu’est-ce que c’est que tout ce luxe indécent ?

(Aujourd’hui, le temps inclut tous nos petits arrêts, sauf la pause repas de 52 minutes… soit 24,6 km en 7h25. Selon le topo-guide : 23 km en 6h20).

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1

Laisser un commentaire